Cocotiers et plages désertes : détente sur la côte Est de Cha-am à Chumphon, ou la fin de nos aventures en Thailande

Voici la 3ème et dernière série de nos aventures en Thailande !

Nous n’avions pas forcément prévu de rester aussi longtemps en Thailande, ayant eu beaucoup d’avis négatifs, voir très négatifs sur le pays, a priori ravagé par le tourisme de masse et le « tourisme sexuel ». Les Thais nous ayant souvent été décris comme désagréables à cause du trop grand nombre de touristes (cela serait un peu la côte d’azur de l’Asie du Sud-Est en somme). En fait, ces avis nous ont été souvent donnés par des backpackers au long court, avec un budget limité. Or comme les touristes plus fortunés sont aussi très présent ici, les Thais ne sont pas vraiment fans quand on essaye négocier quelque centimes sur tout et n’importe quoi (comme cela se fait couramment dans tout les autres pays d’ASE), d’où l’avis un peu mitigé de certains probablement. Les voyageurs plus fortunés que nous avons rencontrés ont souvent trouvé les Thais très sympatiques ;).

Bref, le pays nous faisait un peu peur au départ, mais comme vous avez pu le voir dans nos précédent articles, tous nos a priori se sont évaporés la frontière franchie. Les gens ont été super agréables, très accueillants et très généreux (il était rare que nous repartions du resto de midi sans un petit en-cas pour l’aprèm : bananes, durian, soupe de bonbon, etc.). Il faut dire que nous avions choisi un itinéraire qui ne passe dans aucun haut-lieux du tourisme en Thailande. Le golf de Bangkok et le nord de la cote Est étant même souvent absents des guides touristiques. Nous avons même réussi l’exploit de traverser tout le pays sans croiser une seule prostitué ! Tout cette intro, un peu longue et décousue, pour dire que, finalement, on a fait trainer jusqu’à l’ultime jour de notre visa pour quitter le pays, qu’on a a-do-ré.

Nous quittons donc la superbe et fraiche, maison en containeurs de nos hôtes cinq étoiles à Cha-am, Paul et Natt, au petit matin (on roule tôt car il fait bien chaud ici) avec Paul qui nous accompagne jusqu’a HuaHin pour nous indiquer un magasin de vélo où nous pourrons changer nos cuissards qui commencent à être bien usés (et puis aussi pour qu’Anabelle qui fait une espèce de réaction allergique au soleil, puisse pédaler même quand nous n’avons pas de bananiers à disposition 😉 ). Bon, pas de bol, depuis des mois le vent soufle du Nord au Sud, sauf que depuis 1 semaine, il a changé de sens… Mais on arrive quand même à la ville ou l’on trouve nos cuissards. On quitte Paul qui repart le vent dans le dos. Comme bien souvent, quand on quitte des gens géniaux, que l’on a appréciés, chez qui nous avons pu rester quelques jours et donc mieux échanger qu’en une seule petite soirée, nous avons des sentiments étranges : un plaisir à reprendre la route bien sûr, mais aussi un mélange de béatitude joyeuse d’avoir rencontré des personnes comme cela, mais aussi une petite tristesse du départ, des adieux, car l’on sait qu’il y a bien peu de chance que le destin les mette à nouveau sur notre route. En effet, il est rare que l’on recroise les personnes rencontrées en voyage, même si l’on essaye souvent de rester en contact, et qu’ils auront toujours une place chez nous (enfin quand on aura un chez nous ˆˆ).

Fin prêts, avec nos nouveaux uniformes (on a le même cuissard, il n’y avait qu’un modèle), on commence à descendre tranquillement la côte qui est encore beaucoup urbanisée, mais quand même agréable. Par contre ,c’est dur d’avancer ! Pas à cause du vent, mais à cause… des innombrables petits cafés, tendances et cosy, avec ardoise colorées et déco attirante, qui servent d’excellent cafés fraichements moulus, et qui essayent par tout les moyens des nous attirer sur leur fauteuils douillets, ou leurs balancoires appaisantes avec vue sur la mer. La résistance de Loris est en lambeau. Heureusement, Anabelle arrive à en refuser 2 ou 3 avant de craquer ;).

Une chose que l’on ne vous à peut-être pas encore dite sur la Thailande, c’est la véritable adulation du roi par la population ! Roi qui était, a priori, tout à fait dévoué pour le pays ! Sauf que voila, il est décédé quelques mois avant notre arrivée, et nous sommes donc dans une période de deuil national, qui doit durer environ un an. Il est donc en photo de partout ! Mais vraiment de partout ! Dans les magasins sur de petits cadres, dans les voitures, en 5m par 4 au bord des routes, toujours ou presque sur des fond à dominante noire. La région où il venait parfois passer ses vacances est donc couverte de grands portraits du défunt roi.

 

DSC01543
Le roi, décédé mais encore bien présent partout dans le pays

Passé les villes du nord de la côte on arrive dans des zones beaucoup plus sauvage, où, à coté de la route, nous avons une bande d’herbe, ou de forêt, et juste derière, des plages de plusieurs kilomètres complètement vides. Comme on est en Thailande, les routes sont en très bon état, et sont donc très agréables (heureusement que le relief est raisonnable par ici sinon cela changerait tout 😉 ). Nous n’avons donc qu’a pédaler tranquillement en bord de mer, et choisir le soir venu, la plage qui accueillera notre bivouac. Plus besoin de monastères dans le coin). Un petit plouf tous les soirs après une journée de vélo au soleil, (et parfois même un second aux pauses gouterˆˆ) c’est le rêve ! Le paradis sur terre du cyclo-touriste ! Vraiment, si vous cherchez une destination idyllique à faire en vélo, venez ici. Même si vous ne bivouaquez pas vous pourrez trouver de petits hotels (ou « resort » comme on les appels ici) tous les 40 ou 50 km sans problème.

DSC01646
Des coins de bivouac de rêve

DSC01643

DSC01560
Thaïlande
Des levers de soleil magnifiques

Après les cafés du matin, les bières du soir en bord de mer sont tout aussi agréables :). On passe de petites criques, délimitées par de grand blocs rocheux, qui se jettent dans la mer de part et d’autre, qui accueillent, parfois de petits ports de pêche, parfois une armée de kyte surfeurs apportant des taches de couleurs vives dans le bleu profond du ciel, parfois quelques restaurants, parfois rien du tout. Les pic karstiques qui jalonnent la côte dans l’océan font parfois des apparitions dans les terres, ce qui est tout aussi splendide (et très caractéristique de l’ASE).

DSC01586
La petite bière du soir en bord de mer…

DSC01583 …C’est bon pour les courbatures !

DSC01614 Des piques karstiques dans la mer…

DSC01625
…ou sur terre

Sur certaines plages, les courants marins nous rappellent quand même que des humains habitent la planète

Un des gros énorme avantage de la Thailande, c’est que, contrairement à chez nous, même dans les campagnes les plus reculées, à toute heure du jour, on peut dégoter un petit boui-boui, qui saura nous concoter un petit PadSiyu ou PadThai au poil. Le tout pour une bouchée de pain ! On reste donc souvent plus de 2h à midi pour éviter de rouler aux heures les plus chaudes de la journée, recommandant parfois un (voire deux) plats (les portions thaies ne sont pas ultra copieuses car ils ne se limitent pas forcément à 3 repas par jour, ils mangent quand ils ont faim). Quand on leur recommande un plat, ils sont toujours étonnés, et veulent toujours nous le faire à emporter ˆˆ. C’est que cela leur parait complètement aberrant de rester 2h à table ici. Nous, cela nous permet de rattraper un peu notre retard sur le blog (voyez comme cela à été efficace 😉 ) ou dans notre carnet de bord et c’est chouette.

Thaïlande

Thaïlande

Tous ces endroits idylliques et ces bons moments effaceraient presque de notre mémoire les quelques galères subies, comme :

  • La première vraie crevaison, à réparer en pleine cagnard, pas un arbre à la ronde (puis une autre très rapidement… En moins de 100km, alors qu’on avait 8000 sans rien !) 
  • Un journée galère à essayer de traverser un parc national, en fait interdit (avec franchissement de barbelés !), afin d’éviter un bout de route nationale, où nous finirons quand même…
  • Un aller-retour obligatoire car une zone militaire nous bloque le passage
  • Une soirée difficile pour trouver un bivouac, ayant le choix entre bords de resorts ou marécages. (On serra dérangé la nuit par les pêcheurs de grenouilles !)
  • La raréfaction, voir la disparition, de notre ressource principale en goûter, à savoir les beignets de bananes. Je vous vois venir, en disant que c’est anodin. Et  bien pas du tout ! Après 2,5 moi d’accoutumance, le manque est dur ;).

Bon, comme vous pouvez le constater, cela reste de toutes petites galèresˆˆ et l’on peut relativiser, voyez plutot :

ThaïlandeLe coin qu’on a trouvé en essayant de traverser le parc national. Pas dégueu 😉

Thaïlande
La baignade avant d’aller camper dans le marécage. Pas dégueu. 😉
Thaïlande
La plage dans le parc militaire. On a connu pire 😉

Thaïlande

A Chumpon, nous devons nous résoudre à quitter la mer, la route plate, les baignades quotidiennes et les plages désertes, pour retrouver les champs de bananiers et d’hévéas, les côtes (et plus la côte), car en effet nous traversons la bande fine du pays pour passer au Myanmar depuis Ranong. Sur cette dernière route, on découvre encore certains trucs que l’on avait pas encore testés jusqu’ici, comme le massage thai ! Revigorant ? Surement. Vivifiant ? Probablement. Tonifiant ? Sans aucun doute. Eprouvant ? INCONTESTABLEMENT. On en ressort tout grogis et LoLo en gardera quelques marques (!), mais notre masseuse (une ancienne, avec plus d’expérience, comme on nous l’avait conseillé) était très douée et cela nous a fait un bien fou après 6 mois de voyage ! On teste aussi les sources d’eau chaude (on en a croisé souvent sur notre route, sans jamais prendre le temps de s’y arrêter). Alors, se plonger dans des bains à 40°, quand il fait 35° dehors c’est un concept…  On peut rester allongé dans un petit bassin. Dans un plus grand on peut marcher en faisant des tours comme le font les locaux. Bon, pas la meilleure expérience du moment mais on se dit que cela doit être bon pour nos muscles (on s’en persuade en tout cas 😉 ).

Thaïlande

Thaïlande

Thaïlande

On profite aussi de nos derniers jours pour apprécier certains aspects du pays que l’on apprécie. Surtout des aspects culinaires d’ailleurs, on ne sait pas à quelle sauce nous serons mangés au Myanmar (où plutôt quelles sauces nous mangerons). Dégustation de PadSiu et Padthai, ainsi que Iced coffee et Rotis (prononcer loti) occupent un bon moment de nos journées à Ranong, où nous faisons une journée de pause, afin d’être fin prêts et en pleine forme, avant d’attaquer le Myanmar qui devrait s’annoncer épique en terme de distance des étapes, interdictions de camper et visa court obligent.

Thaïlande

Birmanie

PS : pour encore plus de photos c’est ici (on en a retrouvées d’autres 😁) 


8 réflexions sur “Cocotiers et plages désertes : détente sur la côte Est de Cha-am à Chumphon, ou la fin de nos aventures en Thailande

  1. Coucou….
    On a l impression avec cet épisode que vous êtes dans un petit coin de paradis choisi pour passer de douces vacances…
    Les plages très belles et douceur de voyage bien retransmise pour nous…mais moi je préfère vos aventures aventurieres….vos victoires contre les cols…les vents et brouillards….les temples….bon ok…suis devant mon p tôt dej…et J ai besoin de sensations fortes….mea culpa….vous faites bien de profiter du paradis sur terre…meme si le récit est moins exaltant pour moi pauvre ignorante ….et sédentaire…c est de votre faute aussi avec tous ces belles histoires ….on devient acteur….bisouuu😚

    J'aime

  2. Bonjour
    Un petit coucou de Veronique et Thierry Payre depuis le Cambodge où nous resterons jusqu’à la fin du mois.
    Depuis Siem Reap plus précisément.
    Les 2 roues sont roi ici mais il faut bien s adapter aux « règles  » de conduite.
    On pense à vous
    Bonne continuation
    Bises

    J'aime

  3. Effectivement, c’est beau la Thaïlande, En tout cas on en a un belle aperçu.
    Moi qui adore les repas asiatiques, vous me faites saliver!!

    Bises

    Christophe

    J'aime

  4. Coucou. Carte postale bien reçue ! Trop cool d’avoir de vos news à l’ancienne. Comment avez vous su pour le bébé ?? On saura le sexe le 27 juillet. Bises de nous 3,5 😉

    Aurélien DI CICCO Perso : 06 01 87 75 84 Pro : 06 89 86 92 96

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s