Astuce pour cyclo-touriste : le cyclo et les chiens

Voici un article destiné particulièrement à nos collègues cyclo-voyageurs, qu’ils soient en route ou qu’ils projettent de partir bientôt. En effet, après le vent et la pluie, l’ennemi numéro 3 des cylos, ce sont les chiens !

Si en France, on ne se fait pas trop embêter car les chiens sont en général bien fermés derrière des grillages, dès les contrées un peu plus orientales d’Europe, on a eu des démêlés avec nos amis canins. En Pologne, c’était plus des petits roquets au timbre aigü, en Russie et en Chine, des gros molosses super agressifs. Au Laos et au Cambodge, peut-être parce que les gens sont eux-mêmes beaucoup plus calmes, leurs compagnons à quatre pattes, bien que très nombreux, sont totalement passifs. Ils nous regardent passer tranquillement quand ils ne dorment pas au milieu de la route… En Thailande, en revanche, on retrouve des chiens de garde à l’air beaucoup moins sympathiques, qui nous hurlent dessus ou nous grognent après dès qu’on approche de leur maison. Et il y en a beaucoup !

C’est donc un peu stressant, car certains sont vraiment agressifs, et on se sent des proies assez faciles, avec nos petits pieds en sandales et les mollets à l’air.

On a donc testé pas mal de techniques pour s’en défaire, ou au moins pour qu’ils nous laissent tranquilles. Nous vous les détaillons ici, en indiquant leur efficacité, selon nous :

  1. Accélérer pour semer l’animal. Efficacité : 2/5. Efficace si la pente vous est favorable, ou si vous avez affaire à un tout petit chien. Dans les cas contraires, tentez une autre technique !
  2. Le saluer cordialement (et lui parler gentiment) : « Bonjour, joli toutou ! Mais faut pas se fâcher comme ça, voyons, je suis un(e) ami(e). » Efficacité : 1/5. Ça n’a fonctionné qu’une fois en fait, et on n’est pas archi-sûrs de pouvoir attribuer cette victoire à ces gentilles paroles. 😉
  3. Lui aboyer dessus (nous aussi on sait faire) « Ta mouille sale clébard ! Fiche-moi la paix illico, ou tu vas tâter de mon sabot ! » (Que d’la gueule, parce qu’en vrai, on n’ose pas approcher nos petons en sandales de sa gueule dégoulinante de bave…). Efficacité : 1/5. Le clébard en question semble alors plutôt content de trouver du répondant et continue à nous courser pour le fun.
  4. Tenter de lui faire peur en se faisant passer pour une bête terrifiante. Il faut alors afficher une grimace que l’on se figure la plus effrayante possible et rugir comme un lion affamé. (Bon, en vrai, c’est parfois plus un hurlement suraigü, mais ça peut aussi glacer d’effroi !) Efficacité : 3/5. Si vous arrivez bien à faire la tête de monstre, le chien peut prendre peur et faire demi-tour à toutes pattes. Mais s’il vous faut répéter cette opération plusieurs fois de suite, vous risquez au mieux d’avoir les cordes vocales un peu abimées, au pire de rester figé dans cette pose horrible…
    Regardez comme le chien a l’air terrifié 😉
  5. L’asperger avec de l’eau. Efficacité : ? Jamais essayé, c’est précieux, l’eau ! (surtout quand il fait une telle chaleur)
  6. Lui lancer un caillou à quelques centimètres des pattes pour l’effrayer. (Et pas pour le toucher quand même, on n’est pas des chiens.;)) Vous pouvez coupler avec la technique numéro 3, il comprend ainsi que vous êtes du genre à mettre vos menaces à exécution. Efficacité : 3/5 (+1 point si couplé à la T3 ;)). En général, ça fait fuir le clebs, en tout cas, ça l’éloigne le temps que vous puissiez passer. Peut-être bien qu’il grogne un peu, mais il a compris que vous ne rigoliez pas. Point négatif : il faut vous arrêter et trouver vite fait un caillou, ou en avoir déjà un à portée  de main, sinon c’est mort !
  7. S’arrêter et le menacer avec un bâton. Efficacité : 3/5 (+1 si couplé avec T3). C’est en réalité une variante de la technique numéro 6, qui a les mêmes inconvénients. 

     Tout ça, c’était avant de rencontrer Poei, notre premier hôte warmshowers thaï. Il évoque avec nous la question des chiens (il faut dire qu’il y en a un paquet sur la route qui mène à sa maison), et nous demande s’ils nous posent problème. Oui, un peu, quand même, répond timidement Anabelle. Il nous explique alors qu’il ne faut pas y faire attention, car ce sont des chiens de garde, et qu’ils ne nous mordront jamais si on n’essaie pas d’entrer dans leur maison. Par contre, si on leur répond, ils s’excitent et aboient de plus belle. De même, il nous conseille de ne surtout pas accélérer, voire même de ralentir un peu quand on les rencontre, car ils sont tous contents de poursuivre les cyclistes, ils prennent ça pour un jeu. Il faut donc prendre un air totalement détaché et continuer tranquillement sa route en faisant comme si on ne les avait ni vus, ni entendus ! 

    Résultat : aussi surprenant que cela puisse paraitre, ça marche (100% de réussite jusqu’à maintenant en tout cas) ! Un miracle pour Anabelle, à qui ça pouvait parfois gâcher un peu la route. Loris, quant à lui, prétend qu’il essayait déjà de faire ça, mais qu’il était parasité par l’attitude de sa chérie… Mouais…

    On admettra quand même qu’il faut faire preuve d’un sacré sang froid pour rester de glace quand un gros plein d’poils aux crocs aiguisés, la bave dégoulinant, vient taquiner vos petits mollets à découvert en grognant et en aboyant d’un ton menaçant ! Mais au bout de 15 secondes maxi (qui peuvent paraitre longues, nous l’avouons), le molosse se sera désintéressé de votre personne (et de vos gambettes), et vous pourrez être super fier de votre exploit ! 🙂
    PS: Pour les malheureux valeureux qui avaient voulu cliquer sur nos liens dans le précédent article, ils sont maintenant à jour, n’hésitez pas à retourner y faire un tour : Le Yunnan, Yes we can


    6 réflexions sur “Astuce pour cyclo-touriste : le cyclo et les chiens

    1. Je peux vous proposer d’essayer d’autres techniques:
      – Loris se met torse nu, le chien a peur de l’ours
      – Envoyez lui un peu de nourriture
      – Jetez lui un cailloux dessus, avec un peu de chance vous pourrez en faire votre repas du soir et nous expliquer de nouvelles recettes.

      J'aime

    2. j’ai peu expérimenté sur les routes de France, et la technique 1 n’est pas mauvaise, si la forme est là, la route plutôt en pente descendante que montante, et surtout elle est recommandée si le chien se met brusquement à vous poursuivre en aboyant APRES que vous soyez passé devant lui. Une autre technique, si vous voyez un humain à proximité, c’est de lui hurler, d’un ton épouvanté: RAPPELEZ VOTRE CHIEN!!! (bien sûr c’est beaucoup plus difficile dans une langue étrangère)

      J'aime

      1. Hihi! Oui, mais souvent y’a pas besoin, les proprio sont déjà en train de lui gueuler dessus, mais le chien s’en fiche…il veut probablement jouer. D’où la technique « d’ignorement » 🙂

        J'aime

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s