Petits conseils de circulation dans Beijing

Tout d’abord, voici ce qu’on a constaté après avoir roulé une trentaine de kilomètres pour nous rendre du centre de Beijing à l’appartement de notre hôte qui habitait au niveau du troisième anneau (oui, il y a environ 30km du centre au 3ème anneau !) :

– Tous les véhicules* qui roulent sur les voies cyclables (on continue des les appeler comme cela car, quand même, il y a un vélo dessiné sur la routeˆˆ) n’ont pas vraiment de règles de cirulation à respecter. A savoir :

  • ils peuvent rouler à contre-sens
  • ils ne font pas de bruit (car ils sont électriques), et klaxonent à tout va quand ils doublent pour qu’on les repère. Du coup, forcément, les rares fois où ils ne le font pas, on frôle l’accident (Loris n’en a touché que deux fois seulement 😉 )
  • quand arrive la nuit, c’est pire car ils n’ont pas de feux !
  • ils peuvent doubler indépendamment par la gauche, ou la droite, ou les deux en même temps. Tant qu’il y a de la place pour passer.

– Aux croisements, le « tourne à droite » est généralisé pour tous les véhicules ! Autant vous dire que c’est ça le plus dangereux, car quand un semi remorque ou un bus déboulent alors que votre feu est vert, ça fait bizarre et il vaut mieux avoir de bons freins.

– Quand plus aucune barrière ne sépare la piste cyclable de la route, elle devient très vite une voie de stationnement.

– Les bus, qui abusent aussi fortement de l’avertissement sonore d’urgence, sont friands de queues de poissons impromptues.

– Les nombreux gardes que l’on peut voir aux croisements ne servent pas à grand-chose… Ils permettent au moins que les voitures respectent les feux de circulation. Sans ça, pas dit qu’elles le fassent (nous y reviendrons mais, même si il ne faut pas généraliser, les chinois et le savoir vivre c’est pas trop ça)

Après, une fois que l’on a compris comment fonctionne ce chaos, on voit quand même qu’il y a des règles. Et l’on peut donc survivre plusieurs dizaines de kilomètre au milieu dudit chaos. 

Si vous devez circuler dans Beijing, on vous livre donc sans plus tarder quelque règles à respecter :

Règle 1 : celui qui s’engage en premier a la priorité. Pour être considéré engagé il faut au moins avoir passé une (voir deux) roue(s) devant l’autre véhicule. C’est pourquoi, en vélo il faut toujours partir avant que le feu ne passe au vert, sinon les voitures arrivant d’en face et qui tournent à gauche ne vous laisseront aucune chance.

Règle 2 : si un véhicule klaxonne et accélère, la règle 1 ne s’applique pas. C’est alors le véhicule qui klaxonne le plus fort, et qui est le plus imposant, qui a la priorité. Autant vous dire qu’en vélo on fait rarement le poids, même avec nos grosses sacoches et la sonnette over-dimensionnée de Loris…

Règle 3 : les coups de klaxons des véhicules qui vous doublent (qui vous explosent les tympants) sont à prendre comme : « Attention noble vélocipède, je vous informe de ma présence derrière vous, veuillez rester droit sur votre ligne, je vais effectuer un dépassement, d’un côté ou de l’autre » (et pas comme « Bouge ton biclou, pequenot ! »). Il faut donc rester calme et n’insulter personne.

Règle 4 : quand un véhicule arrive à contre-sens (vous pouvez pratiquer vous aussi), ayez la gentillesse de lui laisser la place la plus proche du trottoir pour éviter qu’il aille trop près de la voie des voitures.

Règle 5 : quand un bus s’arrête à un arrêt, il vous fera une queue de poisson, mais en fait, il s’arrêtera toujours à 1 bon mètre du trottoir, vous aurez donc la place pour passer à sa droite. Mais attention, il faut se dépêcher pour passer avant les personnes qui montent ou descendent du bus.

Sur ce, bon courage !

* Pour ceux qui n’ont pas suivi, il s’agit des deux roues/scooters électriques qui peuvent servir à transporter au choix : 5 bouteilles de gaz, 6 bonbonnes d’eau, des barres en métal de 4m de long,  2 parents et l’enfant unique entre les 2…


6 réflexions sur “Petits conseils de circulation dans Beijing

  1. Bien que nous n’ayons pas testé le vélo, Hanoi ressemble beaucoup à Beijing du point de vue des règles, avec quelques différences: pratiquement pas de vélo mais des scooters, ceux-ci ne sont pas électriques, pas de voie spécifique pour les deux roues, mais ceux-ci occupent généralement un bonne moitié de la chaussée (c’est à dire par exemple les 2 voies de droite sur un grand axe à 3 voies); pourvu qu’ils ne passent pas tous à la bagnole!

    J'aime

  2. désolé, j’avais oublié une autre différence: au Vietnam il n’y a pas d’enfant unique, aussi ce sont 2 voire 3 enfants qui accompagnent Papa et Maman sur le scoot!

    J'aime

  3. Pas besoin d aller si loin pour la famille sur une mobylette !!!!!……PORTUGAL!!! POUR Les fous au volant !!! …le non respect du cox
    De de la route !!! Le PORTUGAL !!!! D ailleurs je ne pense même pas à emmener nos vélos quand on y va !!! !
    JE suis contente de savoir que vous êtes sortis de ce chaos sains et saufs !!! Quel stress! ! Bisouuuuu

    J'aime

  4. oui c’est vrai qu’il y a de nombreux pays où la mobylette sert à tout transporter, j’ai vu le Maroc. Mais les conditions de circulation ! oh là là… peut-être le Caire peut-il entrer en compétition…
    Prenez bien soin de vous ! et plein de bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s