Trousse de toilette et trousse à pharmacie

Alors. Tout d’abord, pour faire notre trousse de toilette/trousse à pharmacie, nous avions prévu (comme pour le reste) d’être le plus minimaliste possible, pour des questions de poids et de volume. Cependant, à notre rendez-vous à la médecine du voyage, l’infirmier nous a prescris une liste de 3 pages de médicaments, dont (pour la plupart) nous n’avions jamais entendu parler. Nous n’étions pas sûrs de tout prendre, mais on s’est dit aussi qu’il serait dommage de tomber malade et de devoir au mieux rester plusieurs jours ou semaines sans avancer, au pire être rapatriés pour être soignés en France, parce qu’on avait rien sur place. Et en même temps, on a encore une fois questionné notre entourage. On nous a conseillé qui une bande non adhésive, qui des huiles essentielles, qui une crème apaisante pour les muscles,…

C’est comme ça que lors de notre passage à la pharmacie, nous voyons monter le tas de médocs sous nos yeux avec inquiétude, tandis que la pharmacienne trouve au contraire cela très limite pour 1 an…

Du coup, on s’en sort avec une trousse  de toilette bien minimaliste, comme on le voulait, mais une trousse à pharmacie vraiment énorme… Tout ça nous a couté assez cher, mais on ne dira pas qu’on souhaite en avoir pour notre argent. Au contraire, moins cela servira, mieux on se portera !

Présentation des différents « compartiments » de notre trousse :

Toilette :

SONY DSC
Contenu : 2 brosses à dents avec brosses de rechange, dentifrice, savon, shampooing sec, rasoir, ciseaux, pince à épiler, pince tire-tiques, couple-ongles, homéoplasmine, coton tiges, coupe menstruelle, glace

Usage quotidien (crème solaire, anti-moustique) :

SONY DSC
Plus : boules quies, crème pour les mains (en prévention des grands froids), gel d’aloé vera, pastilles de purification de l’eau, gel hydro-alcoolique.

Petits bobos 1 (blessures type écorchures) et 2 (coups, bosses, muscles raides…) :

SONY DSC
Écorchures, brûlures…
SONY DSC
Argile, Symphitum, baume celtique (Mal aux muscles, aux articulations) + arnigel (coups, bosses) + huiles essentielles de lavande aspic (piqûres d’insectes), de tea tree (désinfectant), de cannelle de Chine (pour les problèmes gastriques), de gaulthérie (articulations) + serum phy, collyre + aiguilles (au cas où on ait besoin de se faire injecter un traitement dans un hôpital pas très propre…) + Rescue + propolis (antisceptique puissant)

Homéopathie :

SONY DSC
Beaucoup de ledum pal (piqûres en tout genre), d’arnica et de rhus tox (douleurs musculaires et/ou articulaires)

Médicaments « conventionnels » :

SONY DSC
Doliprane/aspirine, des spécialisés dans les problèmes de digestion, quelques antibiotiques large spectre (angines, infections urinaires, infections de la peau), et 2 anti-palu curatifs.

Sur les anti-palu :

Après avoir longuement hésité, nous avons fait le choix de ne pas prendre de traitement préventif. En effet, nous allons être en zone infectée pendant au moins 4 mois (et on doit continuer le traitement un mois après être sorti de la zone infectée) ; il ne nous paraissait donc pas possible de prendre ces traitements forts, qui peuvent poser pas mal de complications, sur une durée si longue. L’infirmier (toujours le même) nous a tout de même prescrit de la doxycycline (un antibiotique) en nous disant qu’on pouvait le prendre 6 mois, mais que cela avait pas mal d’effets indésirables, comme une hypersensibilité au soleil et de infections urinaires… Ça fait envie quand on est à vélo dans des pays chauds ! L’alternative aurait été la malarone (que nous avons choisi d’emporter en traitement de réserve), qui coute plus cher et peut provoquer d’autres troubles, comme de la dépression – jusqu’à 1 cas sur 10 d’après la notice… Notice qui par ailleurs déconseille de prendre le médicament plus de 2 mois…

Nous allons donc être extrêmement vigilants aux moustiques (surtout ceux qui apparaissent à la tombée de la nuit), et mettre en pratique toutes les recommandations pour ne pas se faire piquer : porter des vêtements amples et couvrants imprégnés d’insecticides (mmmh!), s’asperger copieusement les parties du corps non couvertes d’anti-moustique à base de DEET (mmmmmmh !), dormir dans des moustiquaires imprégnées elles aussi d’insecticide. La journée, les moustiques ne donnent pas le palu (ce sont d’autres espèces) mais seulement la dengue ou le chikungunya (rien de trop inquiétant…), nous allons donc nous protéger de manière un poil plus soft (huiles essentielles) pour donner un peu de répit à notre corps…

Mais nous restons optimistes : tous les moustiques ne sont pas porteurs de maladies, et ce n’est pas en se faisant piquer une ou deux fois sur tout le séjour qu’on les attrapera. 🙂


5 réflexions sur “Trousse de toilette et trousse à pharmacie

  1. Salut jeunesse!
    Le meilleur traitement anti palu est surtout de ne pas avoir de fatigue excessive en plus des piqûres de moustique, que, même en étant prudents, vous aurez forcément….
    Alors repos le soir pour ne pas accumuler de fatigue et être plus fort face au Palu…
    Et je confirme…. La palatine est difficilement supportable même en traitement curatif (j’ai testé pour vous!!) donc pas de panique si vous vous sentez déprimés pendant le traitement c’est purement chimique!!
    Allez, bonne continuation pour les préparatifs!!!
    Bises du Mali

    J'aime

  2. Bravo!!!…c est comme lorsqu on attend un enfant…vaut mieux ne pas trop lire tout ce qu il peut nous arriver…mais bien sûr rester prudents comme vous le faites en consultant le medecin non dealer..!! Vos parents restent zen???? 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s